La madeleine fait fureur auprès des touristes à Cabourg (Calvados), grâce à Marcel Proust. Pourtant, entre le gâteau et l’écrivain, le lien est loin d’être évident.

C’est un peu l’histoire d’une ambiguïté qui aujourd’hui fait le bonheur des vendeurs de madeleines à Cabourg (Calvados). Surtout en cette période touristique. « C’est un produit que l’on nous réclame » assure d’ailleurs Célia, vendeuse au magasin J’irai revoir ma Normandie, dans l’avenue de la Mer. L’enseigne commercialise ce petit gâteau aux œufs depuis 15 ans, et les ventes se portent bien.

Création d’une marque
À tel point que le patron, M. Cherrier, a décidé de créer, il y a quelques années, la marque « Madeleines de Proust ». Les étagères du magasin sont réapprovisionnées quotidiennement et chaque semaine, c’est en moyenne une palette qui arrive dans les réserves. Célia, qui n’hésite pas à en offrir Madeleine française , explique :

Ça fait parti des souvenirs achetés par les touristes. Madeleine citron , c’est même le produit phare.

Plusieurs parfums, mais un best-seller
En individuelle ou en sachet, petite ou grosse, à la pistache, à la pomme, au citron, au caramel et bien sûr au pur beurre, il y a en a pour tous les goûts. « Ce sont les purs beurre qui partent le plus » assure la vendeuse. Côté fabrication, M. Cherrier ne dévoile rien.

Tout Patisserie française ses madeleines sont confectionnées en Normandie. Avec une verve incroyable, le patron préfère parler de son travail de commerçant et du plaisir qu’il a à voir les visiteurs repartir avec leur sachet de gâteaux.

Direction… Commercy
Pourtant, entre ce célèbre gâteau au beurre et Marcel Proust, il n’y a aucun lien. Ou presque. Le business de la madeleine à Cabourg vient donc d’une simple ambiguïté. Car les origines de la madeleine sont Lorraines, et plus précisément de la commune de Commercy. C’est ici qu’en 1755, une jeune femme, prénommée Madeleine, a réalisé, à l’occasion d’une réception, un petit gâteau au beurre pour Stanislas, alors roi de Lorraine.

Souvenirs d’enfance
De l’autre côté de la France, à Cabourg, la madeleine est un terme utilisé par évoquer des souvenirs d’enfance. Ce qu’a fait Marcel Proust, lorsqu’il séjournait au Grand hôtel. À l’écriture de Du côté de chez Swann, premier tome du roman A la recherche du temps perdu, l’écrivain y a évoqué un moment de sa vie lorsque sa mère lui servit du thé et une madeleine. C’est ainsi que moults souvenirs et sensations, issues de vacances précédentes chez l’une de ses tantes, sont remontés.

Entre la littérature et la gastronomie il n’y a finalement qu’un pas pour réveiller la curiosité et les papilles de chacun. Pour ce qui est de l’histoire, il faut en revanche compter 527 kilomètres.